La "maladie du hêtre" dans l'Ardenne primaire française

Guy Landmann
Département de la santé des forêts
Ministère de l'agriculture et de la forêt

Resumé d’un rapport á l’occasion du symposium sur la maladie du hêtre les 16 et 17 août 2001 á Prüm

Alertés par les forestiers belges en 2000 sur un phénomène apparemment brutal et d'une ampleur importante, les gestionnaires forestiers français et le département de la santé des forêts ont identifié, à partir de juillet 2000, en Ardenne primaire les symptômes typiques de la "maladie du hêtre" : suintements au niveau du tronc, nécroses sous-corticales en bande principalement orientées vers le nord-est, attaques fréquentes d'insectes xylophages, développement de divers champignons lignivores, et, moins systématiquement, symptômes foliaires.

L'état des connaissances et des hypothèses peut se résumer ainsi :

- bien que les prospections de terrain soient encore incomplètes et que la nature des symptômes en complique l'évaluation, le phénomène paraît limité, dans sa forme aiguë, à l'Ardenne primaire, avec environ 5000 m3 concernés en 2000 et 15 000 m3 en 2001.

- les mêmes symptômes ont été observés depuis le printemps 2001 dans des régions naturelles voisines (département des Ardennes, nord de la Lorraine) mais uniquement sur des hêtres âgés et affaiblis ou dépérissants. Les dégâts peuvent être estimés à environ 2000 m3.

- quelques attaques ponctuelles de scolytes (xylophages et sous-corticaux) commencent à être signalées en Lorraine dans des peuplements déstabilisés et dégradés par les tempêtes de décembre 1999 et les exploitations qui ont suivi. Les autres symptômes de suintements, de nécroses corticales ou de champignons xylophages sont alors absents.

- l'hypothèse d'une affection primaire par le gel précoce et brutal de novembre 1998 semble crédible, par analogie aux mécanismes et symptômes décrits sur des arbres fruitiers, mais il reste à identifier les facteurs qui, en Ardenne (et dans l'Eifel), ont prédisposé les arbres, sachant que la vague de froid a eu une très large extension géographique.

- les scolytes (Xyloterus) et les lymexylons ont apparemment trouvé des conditions exceptionnellement favorables pour le développement (à la différence, semble-t-il, d'un épisode de "maladie du hêtre" qui a sévi au début des années 1990, principalement dans le département des Vosges), mais ces insectes semblent bien intervenir secondairement.

- il ne semble pas que les hêtres symptomatiques soient majoritairement condamnés à courte échéance, même si la qualité technologique – et donc la valeur économique – des grumes est souvent fortement dépréciée. Cela permet d'espérer une certaine latitude dans la gestion sylvicole du problème.

- il est important, dans un esprit de gestion durable des forêts, de se donner les moyens de comprendre comment des peuplements apparemment bien adaptés à leurs conditions de milieu ont pu subir une dégradation aussi brutale.